C

Certification

CertificationLa certification est une procédure par laquelle une tierce partie, l’organisme certificateur, donne une assurance écrite qu’un système d’organisation, un processus, une personne, un produit ou un service est conforme à des exigences spécifiées dans une norme ou un référentiel. La certification est un acte volontaire qui peut procurer aux entreprises un avantage concurrentiel. C’est un outil de compétitivité qui établit la confiance dans leurs relations avec leurs clients. Elle est délivrée par des organismes certificateurs indépendants des entreprises certifiées ainsi que des pouvoirs publics. On peut rencontrer des démarches de type «label», comme le label PHI ou maison passive, ou comme le label BBC, (hors du domaine agricole ou alimentaire) ou « contrôlé par un organisme indépendant ». Elles ne constituent pas des certifications. Ces pratiques ne sont pas encadrées par des dispositions réglementaires mais sont licites tant qu’elles n’induisent pas de confusion avec une véritable certification dans l’esprit du public. Il faut également noter qu’une certification n’est pas une indication d’origine ou de provenance géographique comme peut l’être un label agricole. Il convient de distinguer la certification volontaire des avis techniqueur du CSTB, voire du marquage CE. Ce dernier est obligatoire pour les produits relevant d’une directive européenne « Nouvelle Approche » et confère à ces produits le droit de libre circulation dans tous les pays de l’espace économique européen. Pour apposer le marquage CE sur ses produits, le fabricant doit réaliser ou faire réaliser les contrôles et essais qui lui permettent d’en vérifier la conformité, aux exigences définies dans la ou les directives concernées. Un marquage CE n’est pas une marque de qualité : il est destiné aux services de contrôle du marché et non pas aux consommateurs. Autre différence importante, les conditions d’apposition du marquage CE sont définies dans chaque directive, elles n’impliquent l’intervention d’un organisme tiers que pour les produits présentant des risques graves.

Certification "Maison Passive"

Certification en tant que « Maison Passive certifiée »
Critères pour les Maisons passives en tant que bâtiment d’habitation.
Les maisons passives sont des bâtiments dans lesquels une température confortable aussi bien en hiver qu’en été est obtenue avec un besoin en énergie extrêmement faible. Pour des questions d’assurance qualité, les maisons passives peuvent être  contrôlées et certifiées. Les critères qui sont valables pour la Certification de bâtiment à usage d’habitation sont décris ci-dessous. (Critères pour les bâtiments non-résidentiels sur demande).

  • Critères pour la certification :
       . Besoin de chaleur         max 15 kWh/(m².an) ou puissance de chauffe       max 10 W/m²,
       . Test de pression n50 (Blower door) ou Test d’Infiltrométrie     max 0,6 h-1,
       . Valeur d’énergie primaire       max 120 kWh/(m².an) (électroménager inclus).


La valeur de référence de calcul de l’énergie, (Surface de Référence Energétique), est la surface habitable nette à l’intérieur de l’enveloppe thermique du bâtiment définie selon le code de la construction.
Pour le calcul des valeurs de référence, il faut prendre en compte la totalité de l’enveloppe fermée du bâtiment, par exemple, l’ensemble formé par des maisons alignées, ou celui formé par une maison multifamiliale. La vérification peut se faire selon un calcul global ou d’après la somme pondérée de
plusieurs zones partielles. La consolidation de bâtiments thermiquement séparés n’est pas autorisée.
Pour la certification de rénovations ou d’extensions, la zone considérée doit au moins contenir un mur extérieur, une surface de toit et une dalle. Les appartements individuels dans un immeuble ne seront pas certifiés.
Les critères doivent être calculés avec le Passive House Planning Package 2007 (PHPP2007). Pour les valeurs énergétiques, la méthode de calcul  mensuelle ou annuelle peut être utilisée. Lorsque le besoin de chaleur est inférieur à 8 kWh/(m².an) ou bien le rapport apport gratuit sur déperdition dépasse le 0,70, il faut utiliser l’approximation mensuelle.
Pour la certification,  ce sont d’abord les critères de certification tels que décrits ici qui sont déterminants ; la méthode décrite dans le livret ou le programme PHPP, secondaires.

Certification des diagnostiqueurs

Depuis le 1er novembre 2007, tous les diagnostiqueurs immobiliers pour pouvoir exercer leur activité doivent se faire certifier par un organisme indépendant et accrédité par le COFRAC (Comité Français d'Accréditation) selon la norme ISO 17024 . La certification obtenue par le diagnostiqueur garantit à son client institutionnel ou privé qu’il est détenteur des compétences nécessaires pour réaliser le ou les diagnostics réglementaires, et met fin à l’expression de jugements de valeur souvent subjectifs émanant d’acteurs isolés de la filière professionnelle du diagnostic. Elle concerne actuellement six diagnostics obligatoires pour la vente d'un bien immobilier : l'amiante, le plomb, le DPE (diagnostic de performance énergétique), les termites, le gaz et l'électricité. Le processus de certification comprend deux étapes : un examen théorique qui permet l'évaluation des connaissances théoriques requises pour chacun des diagnostics et un examen pratique, qui consiste en une mise en situation réelle du candidat pour évaluer son aptitude à la réalisation du diagnostic.

Chaudière à condensation

Chaudière qui condense les produits de combustion, ce qui lui permet un rendement 15 à 20 % supérieur à celui d’une chaudière standard.
alt

 Coefficient de conductivité thermique λ

Appelé Lambda, le coefficient de conductivité thermique exprime la faculté d'un matériau à conduire la chaleur

 

La conductivité thermique d’un matériau est fonction de :
  • Sa densité, plus il est léger, plus il est isolant,
  • Sa température, plus il est « chaud », plus il est conducteur,
  • Sa teneur en eau ou humidité, plus il est humide, plus il est conducteur.
Le Watt par mètre kelvin (λ en W/m.K°), est l’unité de mesure de conductivité thermique, équivalent à la conductivité thermique d’un corps homogène et isotope dans lequel une différence de température de un kelvin, (ou un degré celcius), entre deux plan parallèles, ayant une aire de un mètre carré et distant de un mètre, pour un flux thermique de un watt.

alt alt

 

Plus le coefficient de conductivité thermique est petit, plus le matériau est isolant. Les isolants courants ont un coefficient λ compris entre 0,035 et 0,050, comme la ouate de cellulose λ = 0,039 W/m.K.